Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Diriger son entreprise
La prévention des difficultés dans l’entreprise : le mandataire ad hoc et la conciliation.
4 (80%) 1 vote

La prévention des difficultés dans l’entreprise : le mandataire ad hoc et la conciliation.

Afin de renforcer la pérennité des entreprises, la législation prévoit qu’en cas de difficultés, elles pourront avoir recours soit à un mandataire ad hoc soit à une démarche de conciliation.

Le but étant de prévenir les difficultés et d’éviter la cessation des paiements.

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le fonctionnement et les différences de ces deux mécanismes.

Le mandataire Ad Hoc, de qui s’agit-il et quand intervient-il ?

La nomination d’un mandataire ad hoc intervient lorsqu’une entreprise connait des difficultés financières mais avant que celle-ci ne soit en situation de cessation des paiements. Il s’agit d’une démarche volontaire du dirigeant qui cherche à éviter que les difficultés de son entreprise ne s’accentuent.

Les conditions pour demander la nomination d’un mandataire Ad Hoc

Les conditions de fond

Le mandat Ad Hoc ou la procédure de conciliation ?Toutes les personnes physiques et morales peuvent demander la nomination d’un mandataire sans restriction. La nature de l’activité est également sans impact sur la nomination du mandataire, la société peut donc exercer une activité commerciale, libérale (réglementée ou non) ou agricole.

Ce dispositif est donc également accessible aux associations, aux auto-entrepreneurs et aux entreprises individuelles (à responsabilité limitée ou non).

La société doit rencontrer des difficultés économiques sociales ou patrimoniales, les textes sont volontairement flous quant à la nature des difficultés rencontrées : c’est donc au Président du Tribunal de Commerce d’estimer si celles-ci nécessitent la nomination d’un mandataire Ad Hoc.

Les conditions de forme

Le mandat Ad Hoc ou la procédure de conciliation ?La demande de nomination d’un mandataire ad hoc se fait à l’initiative du dirigeant qui envoie une demande au Président du Tribunal de Commerce s’il est commerçant ou artisan sinon la demande doit être envoyée au Tribunal de Grande Instance.

Cette demande doit mentionner les difficultés rencontrées, les mesures envisagées, éventuellement la date de cessation des paiements.

A cela doivent s’ajouter en annexe les documents comptables de la société, les engagements hors bilan, un récapitulatif des créances et des dettes avec un échéancier.

Pour apprécier la situation de l’entreprise, le président du tribunal dispose de moyens d’investigation devant l’aider à prendre sa décision.

La désignation du mandataire ad hoc.

C’est le président du Tribunal qui va désigner le mandataire (le dirigeant peut éventuellement proposer un mandataire). Il va également fixer les objectifs de sa mission, la durée de celle-ci ainsi que sa rémunération.

La mission du mandataire est définie au cas par cas mais il n’a pas vocation à diriger l’entreprise dans laquelle il intervient. A titre d’exemple, le Commissaire Aux Comptes de l’entreprise est délié de son obligation du secret professionnel.

Le mandat Ad Hoc ou la procédure de conciliation ?Généralement, la mission du mandataire consiste à aider le dirigeant à négocier un rééchelonnement des dettes avec les créanciers de l’entreprise afin d’éviter une cessation des paiements. Il s’agit d’une démarche basée sur la collaboration avec les créanciers, l’accord n’a donc pas de force juridique.

Le Président du Tribunal de Commerce peut mettre fin à tout moment à la mission du mandataire.

La procédure de conciliation.

Le mandat Ad Hoc ou la procédure de conciliation ?La procédure de conciliation a pour objectif de trouver un accord entre l’entreprise en difficulté et ses principaux créanciers. Si cette procédure est en grande partie confidentielle, elle peut néanmoins faire l’objet d’une publicité légale en cas d’homologation de l’accord.

Les conditions à respecter

La procédure de conciliation est accessible aux mêmes entreprises que celles visées par le mandat ad hoc, sauf les agriculteurs qui bénéficient d’une procédure spécifique.

Le dirigeant doit faire une demande auprès du Président du Tribunal (soit de Commerce soit de Grande Instance). Les documents demandés sont quasiment identiques à ceux demandés pour la nomination d’un mandataire.

La procédure de conciliation est ouverte aux entreprises en cessation de paiement seulement si celle-ci date de moins de 15 jours.

La mission du conciliateur

Le conciliateur est nommé pour une durée de 4 mois éventuellement prorogé d’un mois par le Président du Tribunal.

La mission du conciliateur est légalement définie, il doit parvenir à un accord amiable entre le débiteur et ses principaux créanciers.

Si le conciliateur parvient à un accord entre le dirigeant et les créanciers, le Président du Tribunal peut lui donner une force exécutoire qui donne un l’accord un poids juridique. La confidentialité de l’accord étant alors garantie.

A défaut, l’accord peut faire l’objet d’une homologation par le tribunal sous certaines conditions :

  • Le mandat Ad Hoc ou la procédure de conciliation ?La société débitrice ne doit pas être en état de cessation des paiements ou l’accord met fin à cette situation.
  • L’accord est de nature à garantir la pérennité de l’entreprise.
  • L’accord ne porte pas atteinte aux créanciers non signataires.

L’homologation peut entraîner des avantages pour le dirigeant notamment :

  • Les créanciers signataires ne peuvent entamer une action en justice pendant la durée de l’exécution de l’accord.
  • Le dirigeant dispose de la possibilité d’émettre des chèques dès l’homologation.
  • Les créanciers signataires disposent d’un privilège au cas où la société débitrice rencontrerait de nouvelle difficulté.

L’accord homologué fait alors l’objet d’une publicité légale.

Quelles différences entre la nomination d’un mandataire ad hoc et la procédure de conciliation ?

La procédure de conciliation et le recours au mandataire ad hoc ont de nombreux points communs :

  • Il s’agit d’aide les entreprises en difficultés financières si possible avant la cessation des paiements,
  • Dans les deux cas, il s’agit d’une démarche volontaire du dirigeant ;
  • La nomination se fait par le Président du Tribunal

Ce qui les différencie, c’est leur encadrement juridique.

Le mandataire ad hoc voit sa mission librement (et la durée de celle-ci librement) définie par le juge, il n’y a pas d’homologation de l’accord. La confidentialité est garantie pour le dirigeant et les créanciers.

Le mandat Ad HocA l’inverse, la procédure de conciliation est définie juridiquement et sa durée est limitée. L’accord peut être constaté par le juge ou homologué lui donnant une force juridique. La confidentialité est moins forte du fait de la publication de l’accord en cas d’homologation.

Conclusion

Que ce soit le mandat Ad Hoc ou la procédure de conciliation; l’objectif reste le même: tenter de redresser une entreprise qui connait des difficultés. Si le mandat Ad Hoc est plus « à la carte » et convient à gérer une difficulté « passagère »; la conciliation est elle plus ferme, dans son encadrement et son périmètre.

Mandataire Ad Hoc ou procédure de conciliation ?

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire