Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Diriger son entreprise
L’Investissement Socialement Responsable (ISR)
Noter cet article

L’Investissement Socialement Responsable (ISR)

L’importance de la notion de “développement durable” fait évoluer le regard de la société sur la façon dont les entreprises sont gérées. L’impact social et environnemental des entreprises tient donc une place de plus en plus importante dans leur évaluation financière ou non financière.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, revient dans cet article sur l’Investissement Socialement Responsable (ISR).

 

Définition :

L’association française de la gestion financière définit l’ISR (Investissement Socialement Responsable) comme un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental. En finançant les entreprises (et les entités publiques) qui contribuent au développement durable, quels que soient leurs secteurs d’activité, l’ISR influence la gouvernance et le comportement des acteurs économiques et favorise une économie responsable. Les “fonds ISR” répondent ainsi à une double sélection, financière et extra-financière.

 

Les différentes formes d’ISR :

 

  • L’approche ESG :

C’est la méthode la plus répandue en France. L’acronyme ESG renvoie aux notions d’Environnement, de Social, et de Gouvernance : l’investisseur privilégie ainsi les acteurs qui ont les meilleurs résultats en matière de développement durable, d’implication sociale et de gouvernance d’entreprise. Cette approche est également appelée “best-in-class”.

  • L’exclusion :

L’ISR est né dans la tradition anglo-saxonne, et en particulier dans les milieux religieux, qui ont rapidement exclu certains secteurs comme l’esclavage, l’alcool ou le tabac.

L’approche actuelle de cette méthode  regroupe, d’une part, les exclusions normatives, consistant à exclure les entreprises qui ne respectent pas certaines conventions internationales (les Droits de l’homme, le Pacte Mondial, etc.), et d’autre part les exclusions sectorielles visant à exclure les entreprises de secteurs d’activités jugés néfastes pour la société ou l’environnement (le tabac, le charbon, l’armement, la pornographie, etc.).

  • L’approche thématique :

A l’inverse de l’exclusion, l’approche thématique est “positive”, et vise les entreprises engagées dans des thèmes comme l’énergie renouvelable, l’eau, la santé, etc.

  • L’impact investing” :

Cette stratégie d’investissement (en français “investissement à impact social) vise à générer des synergies entre l’impact social, environnemental et sociétal, et oblige les entreprises à se fixer des objectifs sociaux prioritaires, mesurables, et qui seront suivis dans le temps.

  • L’engagement actionnarial :

C’est un « actionnariat actif », voire un « activisme actionnarial », qui utilise tous les moyens de pression pour faire valoir ses vues. Une communication publique sur l’avancement des engagements de l’entreprise et ses insuffisances, les questions qui dérangent en AG, une campagne de presse, le désinvestissement, etc.

 

Les agences de notation extra-financière :

De nombreuses agences de notation extra-financière ont vu le jour au cours des années 2000. Vigeo Eiris (présidée par Nicole Notat), SAM CSA ou encore Novethics  évaluent les entreprises en suivant les critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) et en leur attribuant une note.

Pour cela, elles ont recours à l’analyse des documents internes de l’entreprise mais enquêtent également auprès de ses parties prenantes.

Certains portent cependant un regard critique sur ces agences, dont les évaluations sont parfois irrégulières. Il peut se passer en effet plusieurs années avant que l’index d’une entreprise ne soit réactualisé.

 

Les avantages de l’ISR :

  • Investissement à long terme plus sûr,
  • Favorise la protection de l’environnement,
  • Attractif pour les citoyens,
  • Rentable sur le long terme,
  • Exclut le financement de l’armement, de la pornographie, de l’alcool, etc.

 

Perspectives :

D’après une étude IPSOS de septembre 2016, le concept d’ISR reste encore peu ou mal connu du grand public, et 66% des investisseurs interrogés déclaraient même n’en avoir jamais entendu parler !

Cependant, de nombreuses études démontrent que les bonnes pratiques ESG (environnementales, sociales et de bonne gouvernance) ont un impact sur les performances financières à long terme d’une entreprise. En effet, les entreprises qui avaient, par le passé, opté pour un comportement “discutable” en matière de gouvernance par exemple, encourent de plus grands risques lors de la survenance de crises, contrairement aux entreprises socialement responsables qui anticipent et préviennent ce type de risque.

La loi PACTE prévoit par ailleurs que, d’ici 2022, les contrats d’assurance-vie devront comprendre des “unités de compte” (UC) labellisées ISR (investissement socialement responsable), puis vertes et solidaires, labellisées TEEC (Transition énergétique et écologique pour le climat), afin de commencer à réorienter l’assurance-vie vers la “finance durable”. (Voir notre article « Que certifient les labels publics ISR et TEEC ?« )

 

En conclusion :

L’ISR participe à la diversification de l’offre de gestion de fonds. Même si, à ce titre, elle apparaît aujourd’hui comme un phénomène de niche, on peut, à terme, s’attendre à une “irradiation positive” de l’ensemble du marché.

 

Cet article vous a plu ? Dites le nous dans les commentaires ci-dessous ! Et retrouvez nos autres articles sur la responsabilité sociale des entreprises, l’ISR, et les critères ESG sur le blog de Valoxy :

 

 

 

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.