Les différents types d’amortissement possibles
Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Comptabilité
Les différents types d’amortissement possibles
4.5 (90%) 4 votes

Les différents types d’amortissement possibles

Lorsqu’une entreprise acquiert un bien, elle doit établir un plan d’amortissement qui prend en compte la valeur de l’acquisition et la durée de vie estimée du bien nouvellement acquis. Le plan comptable général prévoit plusieurs méthodes d’amortissement afin d’adapter au mieux le montant de la dotation aux amortissements en fonction des caractéristiques du bien. Valoxy, cabinet d’expertise comptable, vous présente les différentes méthodes d’amortissement.

les amortissements

Les différents types d’amortissement possibles

Les critères nécessaires pour établir un plan d’amortissement

Pour connaître le montant de la dotation aux amortissements, le comptable tiendra compte de plusieurs éléments :

  • La valeur du bien. La valeur retenue est le prix de revient du bien.
  • La durée de l’amortissement. La durée de l’amortissement que retiendra le comptable sera la durée réelle d’utilisation du bien. Il faudra cependant se rapprocher du barème utilisé par l’administration fiscale en limitant l’écart à environ 20%.
  • La date d’acquisition du bien. L’amortissement d’un bien commence à compter de sa date d’utilisation (sauf pour l’amortissement dégressif qui commence le premier jour du mois de l’acquisition du bien).
  • La méthode d’amortissement. Il existe plusieurs méthodes d’amortissement, le comptable choisira la méthode la plus adaptée en fonction de la nature du bien et de son utilisation : l’amortissement linéaire, l’amortissement dégressif, l’amortissement variable et l’amortissement exceptionnel.

L’amortissement linéaire

L’amortissement linéaire consiste à répartir de manière constante la charge d’une acquisition pendant la durée de son utilisation. Le montant de la dotation annuelle de l’amortissement se calcule en appliquant un coefficient d’amortissement sur le prix de revient. Le coefficient d’amortissement se calcule de la manière suivante :

Coefficient d’amortissement = 1  /  nombre d’année d’utilisation

Lorsqu’un bien est acheté en cours d’année, on applique un amortissement au prorata (avec une année à 360 jours par mesure de simplification).

L’exemple ci-dessous nous montre le tableau d’amortissement d’un outil d’une valeur de 10 000 euros, amortissable en 5 ans et acheté le 15 avril de l’année N et mis en service le 20 avril.

La durée de l’amortissement d’un outil est de 5 ans, le taux d’amortissement est donc de 1 / 5 = 0,2 (ou 20%). La première année, la durée d’utilisation de la machine se calcule sur une année de 360 jours (12 mois de 30 jours), elle est de 10 jours en avril et 30 jours pendant 7 mois soit 220 jours.

Amortissement linéaire

Dotations aux amortissements (méthode linéaire)

L’amortissement dégressif

L’amortissement dégressif est utilisé pour des matériels qui deviennent rapidement obsolètes comme le matériel informatique. Il consiste en une dotation aux amortissements qui décroît au fil du temps, ce qui permet d’affecter la charge d’un achat en majeure partie sur les premières années de son utilisation.

Toutes les acquisitions ne peuvent bénéficier de ce mode d’amortissement, seuls les matériels industriels ou de bureaux achetés neufs et d’une durée d’utilisation supérieure ou égale à 3 ans peuvent bénéficier d’un amortissement dégressif.

L’augmentation de l’annuité pendant les premières années intéresse beaucoup les entreprises car elle leur permet de baisser fortement  leur base taxable des premières années d’amortissement. Il ne s’agit que de repousser une partie de la charge fiscale dans le temps, mais ce qui est pris n’est plus à prendre…

L’amortissement dégressifLe taux de l’amortissement dégressif se calcule en appliquant un coefficient sur le taux d’amortissement linéaire. Le coefficient appliqué est variable en fonction de la durée d’amortissement, il est de :

  • 1,25 pour une durée d’amortissement de 3 ou 4 ans,
  • 1,75 pour une durée d’amortissement de 5 ou 6 ans,
  • 2,25 pour une durée d’amortissement supérieure ou égale à 7 ans.

Lorsque le rapport : « annuité / nombre d’années restant à amortir »  devient inférieur à la valeur résiduelle, le comptable reprendra un amortissement linéaire avec le nombre d’années restant à courir afin de clôturer l’amortissement.

Si on reprend l’exemple précédent avec, par mesure de simplification, un achat réalisé le 1er janvier de l’année N, on obtient le tableau d’amortissement dégressif suivant :

Amortissement dégressif

Dotation aux amortissements (méthode dégressive)

L’amortissement variable

L’amortissement variable consiste à adapter le montant de l’annuité d’amortissement en fonction de l’utilisation réelle du bien acheté. Lorsqu’une entreprise achète un bien en planifiant une montée en puissance progressive de son utilisation, l’amortissement variable permet d’affecter une faible partie de l’amortissement pendant les premiers exercices.

Ce type d’amortissement peut s’appliquer aux immobilisations qui permettent de faire un prévisionnel (nombre d’unités produites, nombre d’heures d’utilisation, etc.).

La dotation annuelle sera calculée en multipliant la valeur brute du bien acquis par la consommation annuelle / consommation totale sur la durée de vie du bien. Par exemple si une machine est achetée 4 500 euros  pour produire 10 000 pièces et que 1 225 ont été produites pendant l’année, l’annuité sera de : 4 500 x 1 225 / 10 000 = 551,25 euros.

L’amortissement variable peut être intéressant en début d’activité pour éviter de grever trop fortement les résultats des premiers exercices souvent fragiles…

L’amortissement exceptionnel

Lorsqu’une entreprise souhaite réaliser un investissement particulier et affecter sa charge sur quelques mois, elle peut demander à l’administration fiscale de bénéficier d’un amortissement exceptionnel (ou accéléré).

D’une manière générale, l’amortissement exceptionnel permet d’amortir sur une année un investissement particulier.  Pour pouvoir bénéficier de ce régime de faveur, l’entreprise doit en faire la demande auprès de la Direction départementale des finances publiques avant l’acquisition du bien ou l’achèvement de la fabrication ou de la construction de l’immobilisation concernée.

Pour plus d’information sur les amortissements, consultez nos articles sur le blog de Valoxy :

Consultez également nos brèves :

Les écritures d'inventaire

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire