Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Diriger son entreprise
Les délais de paiement
Noter cet article

Les délais de paiement

Les délais de paiement ont un impact significatif sur la santé financière des entreprises, et particulièrement des plus fragiles, les PME et TPE. Celles-ci rencontrent en effet des difficultés de liquidités, puisque leur trésorerie est asséchée par l’allongement des délais de paiement de leurs clients.

L’amende record infligée par la direction générale de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) à trois grandes entreprises début Mai 2019 rappelle, s’il en était besoin, qu’une bonne gestion de trésorerie ne doit pas se faire au détriment de ses fournisseurs.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, revient dans cet article sur les délais de paiement et la loi.


Qu’est-ce qu’un “délai de paiement” ?

Le délai de paiement est la durée (le plus souvent prévue au contrat) “qui court entre la date de livraison ou de facturation d’un bien ou d’un service, et la date du paiement effectué par le client”.

 

Que dit la loi ?

Les délais de paiement sont encadrés par les articles L441-6 et L443-1 du code de commerce. Le créancier a le droit d’exiger des intérêts pour retard de paiement.

Depuis le 1er Janvier 2012, les délais de paiement ne peuvent dépasser soixante jours nets (à compter de la date d’émission de la facture) ou, à titre dérogatoire, quarante-cinq jours fin de mois, si ce délai est inscrit dans le contrat et ne constitue pas un abus manifeste à l’égard du créancier.

Quant aux factures périodiques, leur délai de paiement ne peut dépasser quarante-cinq jours (à compter de la date d’émission de la facture).

À défaut de délai convenu entre les parties, le délai de paiement ne peut dépasser trente jours à compter de la réception des marchandises ou de l’exécution de la prestation demandée (ce délai  est aussi appelé délai “supplétif”).

 

Certains secteurs d’activités (transport, produits périssables, location de voiture, etc.) bénéficient de délais plus courts ou strictement encadrés. (Voir à ce sujet la fiche du gouvernement sur les délais de paiement).

D’autres au contraire, comme le matériel agricole, ont conclu des accords dérogatoires plus longs, prévus par la LME, au travers d’accords interprofessionnels.

 

 

Un effet dissuasif ?

Jusqu’en 2014, l’amende maximale qui pouvait être prononcée contre les “mauvais payeurs” était de 375.000 euros. La loi Macron de 2015 avait ensuite élargi le contrôle et les sanctions aux entreprises publiques.

La loi de modernisation de l’Économie (LME) de Décembre 2016, dite “Loi Sapin II”, a porté le plafond des amendes administratives encourues par une personne morale qui ne respecterait pas ces délais à 2 millions d’euros, et a instauré également la publicité des décisions d’amende sur le site de Bercy, selon la pratique anglo-saxonne du «name and shame» (le nom et la honte).

Les entreprises (grandes ou petites) subissent désormais la mauvaise publicité sur leur nom qui est faite aux mauvais payeurs. (Voir le site de la DGCCRF)

 

Quels sont les délais de paiement moyens ?

Les délais de paiement des entreprises sont très dépendants de leur secteur d’activité  et de leur taille. Selon le rapport de l’Observatoire des délais de paiement (ODP) de la Banque de France :

  • Le délai client moyen est passé de 60 à 44 jours entre 1997 et 2017
  • Le crédit fournisseur moyen est passé de 68 à 51 jours pour la même période

Et les retards de paiement, cités par ce rapport, étaient de 15 jours en 1997, et de 11 jours en 2017

Toujours selon l’ODP, “les PME, qui concentrent l’essentiel des commerçants, restaurateurs, etc. payés majoritairement au comptant par leurs clients, présentent des délais de règlement fournisseurs plus courts (50,9 jours) que ceux observés pour les ETI (62,7 jours) ou les Grandes Entreprises (65,9 jours)”.

L’ODP relève également “que si 70% des PME payent leurs fournisseurs sans retard, les ETI ne sont plus que 53% et les Grandes Entreprises 46%”.

 

 

Conclusion

Le crédit interentreprises représente une source majeure du financement court terme des entreprises. C’est parfois une ressource, notamment pour les acteurs du BtoC comme le commerce de détail ou l’hébergement-restauration, qui sont en général payés comptant, et paient leurs fournisseurs avec un délai, mais plus souvent une charge pour les entreprises du BtoB, prises entre des clients qui allongent leurs délais de paiement, et des fournisseurs qui durcissent leurs conditions.

Les retards de paiement entraînent de nombreux dysfonctionnements : problème de liquidités, affaiblissement structurel, frein à la croissance, qui fragilisent les entreprises (notamment les PME/TPE), et peuvent aller jusqu’à la défaillance.

Combattre l’allongement des délais de paiement interentreprises est un enjeu majeur pour la bonne marche de l’économie, car ces délais sont contreproductifs. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a décidé de sévir, et a augmenté les contrôles et les amendes.

 

Cet article vous a intéressé ? Dites le nous dans les commentaires ci-dessous ! Et retrouvez nos articles sur les délais de paiement sur le blog de Valoxy :

délai de paiement

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.