Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Droit social

Le paritarisme et l’entreprise

Les partenaires sociaux (syndicats de travailleurs et patronat) font partie des “corps intermédiaires”, recouvrant des assemblées et associations très diverses, qui se situent entre l’État et l’individu. Grâce à leur connaissance et leur expertise, ces groupes se voient confier des missions d’intérêt général, et font ainsi vivre la démocratie.

Le paritarisme associe les partenaires sociaux à la gestion d’organismes qui influent directement sur la vie de l’entreprise, et jouent un rôle primordial dans le dialogue social.


Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, définit dans cet article ce qu’est le paritarisme, et son importance pour l’entreprise.

 

Définition

Le paritarisme est une doctrine visant à résoudre la question sociale par la généralisation de modes de gestion associant à égalité les représentants d’employeurs et de salariés. (Larousse)

Composée à égalité de représentants des salariés (syndicats) et des employeurs (patronat), une instance “paritaire” fonctionne selon les principes de concertation et de cogestion.

 

 

L’importance du paritarisme pour l’entreprise

Consacré par la loi, le paritarisme (ou système de gestion paritaire) est un principe fondamental des régimes d’assurance sociale (la Sécurité sociale), mais aussi des prud’hommes, de la formation professionnelle, de l’Unedic (gestion de l’assurance chômage) et de certaines institutions de retraite complémentaire. C’est un “pilier” de l’économie sociale, et il prend des formes différentes selon le secteur d’activité qu’il couvre, puisque les droits qu’il génère n’ont ni le même objet, ni les mêmes sources juridiques.

 

 

Pour ou contre le paritarisme ?

Pour les détracteurs du paritarisme, dont fait partie le président Macron, il revient au gouvernement et aux élus, garants de l’intérêt général, de mener les réformes. Leur volonté, qui s’est exprimée notamment par des évolutions législatives, et par les “ordonnances” réformant le droit du travail (2017), est clairement d’affaiblir les corps intermédiaires, comme les organisations syndicales et patronales.

Pour eux, les organismes sociaux sont des administrations comme les autres, qui doivent revenir dans le giron de la collectivité. Ils considèrent en effet que les partenaires sociaux n’ont pas vocation à s’immiscer dans leur gestion, ni à écrire la loi (en l’occurence, le Code du Travail, au travers notamment des négociations des accords interprofessionnels). Ils considèrent enfin la gestion paritaire comme archaïque, et source de conflits d’intérêts.

 

Pour les défenseurs du paritarisme, au contraire, celui-ci permet “d’ajuster la gestion de façon plus rapide que l’administration”, puisqu’il se base sur l’expérience vécue dans l’entreprise. En s’appuyant sur le pluralisme des partenaires sociaux, la gestion paritaire permet aussi d’éclairer les prises de décision et le travail législatif. Le dialogue social traditionnel, accusé parfois d’être trop “lent”, permet enfin aux entreprises et aux salariés de s’approprier les lois et les réformes qui les concernent, au lieu de les “subir”.

 

En conclusion

Les déboires des partenaires sociaux ces dernières années (syndicats et patronat confondus), qu’il s’agisse d’avantages indus, de caisses noires, d’abus ou de mauvaise gestion dans leur propre organisation, ne doivent pas faire oublier l’importance fondamentale qu’ils ont dans le paysage économique. Si le manque d’intérêt d’une majorité de français à leur égard est préoccupant, c’est surtout la “remise en cause” périodique dont ils sont l’objet de la part des politiques, découlant d’une vision manichéenne de la vie démocratique, qui pose problème.

Il faut espérer au contraire leur renforcement, une évolution de leur représentativité et de leur institutionnalisation, et des progrès dans leur organisation.


 

Cet article vous a intéressé ? Dites le nous dans les commentaires ci-dessous, et retrouvez nos autres articles sur les corps intermédiaires et le dialogue social sur le blog de Valoxy :


paritarisme et l'entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de commentaire

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.