Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Droit social
Le guide de la parité femmes-hommes
5 (100%) 1 vote

Le guide de la parité femmes-hommes

En octobre dernier, la ministre du Travail Muriel Pénicaud et la secrétaire d’État auprès du Premier Ministre Marlène Schiappa, également chargée de l’égalité hommes femmes, ont sorti un guide de la parité à destination des TPE/PME. Le livret, intitulé « Égalité femmes-hommes. Mon entreprise s’engage », vise à lever les stéréotypes auprès des dirigeants, mais aussi à inculquer les bonnes pratiques pour respecter l’égalité des sexes au sein des entreprises.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, zoome sur le guide et les principaux conseils qu’il donne.

Des solutions concrètes pour plus d’égalité femmes-hommes dans les TPE/PME

Muriel Pénicaud se félicite de la sortie du guide « Égalité femmes-hommes. Mon entreprise s’engage ». Elle expliquait en conférence de presse : « Avec Marlène Schiappa, nous saluons ce guide qui permettra aux TPE-PME de trouver des solutions concrètes sur le terrain. C’est une bataille collective, encourageons les femmes à oser, à créer et à surmonter ce plafond de verre intérieur qui s’appelle « doute », « manque de confiance en soi (…). »

Et Marlène Schiappa d’ajouter : « loin des déclarations d’intention ou du rappel de grands principes, ce guide propose des actions concrètes, des mesures directement opérationnelles et des leviers d’actions innovants qui inciteront les TPE-PME à s’engager et à faire bouger les lignes par une émulation vertueuse

 « Les femmes ont beaucoup d’énergie et de talent à apporter aux entreprises et à la société. Encourageons également les hommes qui ont compris que lorsque l’égalité professionnelle est réellement appliquée dans l’entreprise, elle est bénéfique à tous. Agissons ! », concluait Muriel Pénicaud.

 Les stéréotypes « assignent des rôles sociaux différenciés »

Le guide démarre par un constat : en misant uniquement sur les compétences, toute considération de genre mise de côté, les entreprises « diversifient les profils de leurs équipes, favorisent la créativité et l’innovation et sont plus représentatives du bassin de vie dans lequel elles se trouvent », avant de rajouter que les stéréotypes, ancrés, « assignent des rôles sociaux différenciés » qui ralentissent l’atteinte des objectifs de l’entreprise.

En bref, le recrutement indépendant du genre et l’égalité dans l’exercice d’une mission favorisent la compétitivité des entreprises.

 Faire son propre diagnostic des inégalités

Pour limiter les stéréotypes et lever les freins, toute une série de bonnes pratiques sont proposées aux entreprises en guise de plan d’action et particulièrement à destination des TPE/PME. Pour commencer, le gouvernement vous invite à poser un diagnostic de la situation de votre propre structure. En reprenant vos différents tableaux de bord (ou en créant des tableaux de bord), vous pourrez par exemple comparer la moyenne des salaires entre les hommes et les femmes de votre effectif (à poste équivalent), ou encore les temps consacrés à la formation professionnelle pour les hommes et pour les femmes… Bref, le diagnostic permet de chiffrer pour constater – ou non – une éventuelle inégalité.

Bannir les questions personnelles qui biaisent la perception

Après le diagnostic vient l’heure des actions concrètes et cela commence dès le recrutement, mentionne le guide. En bannissant les questions personnelles lors des entretiens d’embauche (le nombre d’enfants, la situation maritale), le recruteur bannit aussi ses craintes d’embaucher une femme qui serait potentiellement indisponible (à cause de ses enfants ou ses envies d’enfants)… Autant de biais à une évaluation concrète des compétences ! Le gouvernement préconise aussi la mise en place de grilles d’entretien objectives et de fiches de poste ultra détaillées pour éviter tout recrutement hasardeux ou subjectif.

Ensuite, il suggère l’établissement d’objectifs progressifs pour réduire les inégalités constatées lors du diagnostic. Par exemple, la mise en place d’un tableau de bord de suivi des rémunérations et des différences entre les femmes et les hommes peut être judicieuse.

Le guide rappelle aussi l’importance de valoriser les emplois dits « féminins », de créer des conditions égalitaires au sein de ses locaux et de bannir les phrases et les vocabulaires stéréotypés des discours de communication. Enfin, expliquer ses actions et impliquer l’ensemble des collaborateurs (questionnaires, séminaires, actions de prévention, échanges…) sont des démarches primordiales pour réussir à changer les mentalités.

Téléchargez le guide « Égalité femmes-hommes. Mon entreprise s’engage » sur le site du Ministère du Travail :

 Le guide « Égalité femmes-hommes. Mon entreprise s’engage » a été coordonné par le laboratoire de l’égalité et rédigé en collaboration avec de nombreux acteurs comme les partenaires sociaux de l’Union des entreprises de proximité (U2P) et la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), mais aussi l’Association Nationale des DRH (ANDRH), le Service des droits des femmes, la Direction Générale du Travail (DGT), etc.

Pour en savoir plus sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’entreprise, consultez également nos autres articles sur le blog Valoxy :

Le guide de la parité femmes-hommes

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire