Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Création
Les formalités liées à la création d’une entreprise
5 (100%) 7 votes

Les formalités liées à la création d’une entreprise

Qu’il s’agisse d’une société ou d’une entreprise individuelle, les formalités liées à la création d’une entreprise sont simples. Elles supposent seulement de rassembler un certain nombre de documents qu’il conviendra d’adresser au Centre de formalités des entreprises (CFE) compétent, avec un dossier.

Il faut bien sûr avoir également déjà choisi la forme juridique de la société (EI, EURL, SAS, SARL, SA, etc) son nom, son siège, et, lorsque cela est nécessaire, rédigé les statuts, ouvert un compte en banque, publié une annonce légale et rassemblé les fonds.

Valoxy fait le point.

Les formalités au CFE

L’entrepreneur effectue la plupart de ses démarches directement auprès du CFE dont il dépend. Dès le dépôt de son dossier de  » déclaration d’existence « , il reçoit un récépissé de dépôt de création d’entreprise (RDDCE) qui lui servira d’immatriculation avant de recevoir son immatriculation par le greffe.

Le CFE transmet ensuite cette déclaration d’existence à toutes les administrations nécessaires (Impôts, RSI, Urssaf, Insee, Greffe, CPAM, etc)

Le centre de formalités des entreprises (CFE) compétent, guichet unique des formalités administratives correspondant à l’activité de l’entreprise :

– Chambre de commerce et d’industrie (CCI), pour une entreprise commerciale (sauf inscription obligatoire au RCS, et dans ce cas ce sera la Chambre des métiers et de l’artisanat)
– Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA), pour une entreprise artisanale ou commerciale qui doit s’inscrire au répertoire des métiers
– Chambre de la batellerie artisanale,  pour une entreprise de transport de marchandises par voie d’eau ou société coopérative de transport fluvial
– Greffe du tribunal de commerce ou du tribunal de grande instance statuant commercialement, pour une société civile ou non commerciale (société d’exercice libéral…); pour un établissement public industriel et commercial (EPIC) ou Régie ; pour un agent commercial ; pour un groupement d’intérêt économique (GIE) ou un groupement européen d’intérêt économique (GEIE)
– Greffe du tribunal de commerce ou du tribunal de grande instance statuant commercialement hors DOM ; Service des Impôts aux entreprises dans les DOM : pour des professionnels exerçant en groupement, avec ou sans personnalité morale (sociétés en participation, indivisions, associations non employeuses mais assujetties à des obligations fiscales, fiducies) ; pour des loueurs en meublé individuels et non professionnels, non inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ;  pour des loueurs individuels de biens meublés non inscrits au RCS (loueurs de wagons, loueurs de fonds) ; pour des quirataires de navires
– Urssaf ou caisse générale de Sécurité sociale pour une profession libérale ; pour une entreprise employant du personnel mais non immatriculée (administration, collectivité locale, syndicat, comité d’entreprise, association adhérant ou non au Guso) ; pour un artiste auteur exerçant à titre indépendant une activité de création d’œuvres littéraires et dramatiques, musicales et chorégraphiques, audiovisuelles et cinématographiques, photographiques, graphiques et plastiques ; pour un taxi locataire, considéré comme assimilé salarié ; pour un vendeur à domicile, exerçant son activité de manière indépendante, non inscrit au RCS ou au registre spécial des agents commerciaux
– Chambre d’agriculture pour une entreprise ou un entrepreneur individuel exerçant à titre principal une activité agricole
– Service des impôts des entreprises pour une entreprise ou un organisme ne relevant pas d’un autre CFE et n’ayant pas d’obligations autres que statistiques et fiscales

De plus, l’entrepreneur doit envoyer au CFE :

  • formalités constitution sociétéLes statuts,
  • Les actes accomplis au nom de la société qu’il compte créer,
  • L’attestation de blocage du capital,
  • Le formulaire M0, G0 ou P0 selon l’activité exercée,
  • L’annonce légale : il aura du, préalablement, faire publier un avis de constitution dans un journal d’annonces légales dans le département du siège social,
  • La liste des souscripteurs,
  • Une attestation de domiciliation,
  • La procuration donnant pouvoir au dirigeant ou gérant.

Pour le président ou le gérant, l’entrepreneur doit également envoyer :

  • Une déclaration de non-condamnation et une déclaration de filiation,
  • La copie de la carte d’identité valide,
  • La copie de la carte vitale,
  • Un justificatif de domicile personnel de moins de 3 mois,
  • L’ACCRE qui est une demande d’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise,
  • Un chèque pour les débours

Les formalités effectuées de manière autonome

L’entrepreneur devra également effectuer d’autres démarches telles que :

formalités autonomeUn avis de constitution de la société dans un journal d’annonces légales (non applicable aux entreprises individuelles)
– Une demande de licence : cette demande est obligatoire pour certains secteurs d’activité ;
– L’ouverture d’un compte bancaire
– Désigner le ou les premiers dirigeants
– Établir un état des actes accomplis au nom et pour le compte de la société en formation
– L’inscription auprès d’un ordre lorsque l’activité est soumise à cette formalité, par exemple pour les pharmaciens ou les avocats
– Une assurance : il est nécessaire pour toute entreprise de souscrire une assurance responsabilité civile afin de protéger les risques engendrés par l’activité
– Justifier d’un stage de gestion : pour tout artisan qui inscrit son entreprise auprès de la Chambre des Métiers
– Faire enregistrer les statuts au service des impôts (en cas d’apport d’actifs

En cas de doutes n’hésitez pas à nous contacter.

formalités création entreprise

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire