Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Fiscalité
Exploitation forestière et revenu patrimonial
Noter cet article

Exploitation forestière et revenu patrimonial

Les revenus forestiers bénéficient d’une fiscalité avantageuse afin de tenir compte des spécificités de ce type d’exploitation. Sur le plan patrimonial, la forêt présente également certains avantages.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, détaille dans cet article la fiscalité patrimoniale de la forêt.


1.L’imposition à l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI).

L’Impôt sur la Fortune Immobilière est venu remplacer l’ISF à partir de 2018. La base imposable de cet impôt n’est plus le patrimoine intégral des contribuables mais uniquement leur patrimoine immobilier (les biens immobiliers à vocation professionnelle sont exclus de la base imposable).

Le contribuable qui possède un bois ou une forêt voit donc la valeur de ce bien entrer dans sa base imposable.

Cependant, toujours dans le but de favoriser l’investissement immobilier, des exonérations spécifiques ont été mises en place. Ainsi seul 25% de la valeur de la forêt entrera dans le patrimoine imposable.

Pour bénéficier de ce régime, certaines conditions doivent cependant être remplies. Il faut notamment pouvoir justifier d’un certificat garantissant que le bien est géré de manière durable. En outre, il faut appliquer au bien soit un Plan Simple de Gestion (PSG) soit un régime d’exploitation normale.

 

2. La transmission du bien ou cession du bien

Lors de la transmission d’un bien forestier, celui-ci bénéficie d’une fiscalité avantageuse. En effet lors de la donation ou de la transmission à titre gratuit de ce bien il est possible de bénéficier d’un abattement de 75% sur la valeur vénale du bien avant qu’il ne soit soumis aux droits de mutation.

Pour bénéficier de cet abattement, il faut remplir les mêmes conditions que pour l’abattement à l’Impôt sur la Fortune Immobilière.

En cas de cession, les règles applicables sont les mêmes que celles de la cession d’un immeuble par un particulier.

La plus-value est déterminée à partir de la valeur d’acquisition majorée des frais d’acquisition (soit au réel, soit forfaitairement). Une exonération commence à courir à partir de la 6ème année. Au bout de 22 ans, l’exonération est totale pour l’Impôt sur le Revenu, mais il faut attendre 30 ans pour qu’elle soit totale sur les prélèvements sociaux.

Une surtaxe est susceptible de s’appliquer pour les plus-values dont le montant est supérieur à 50 000 €.

Les cessions forestières bénéficient en outre d’un abattement complémentaire de 10 € par année de détention et par hectare cédé.

 

3. La taxe foncière.

La taxe foncière est calculée à partir du revenu cadastral. Il s’agit du revenu moyen généré par la parcelle boisée. Ce revenu est revalorisé chaque année. À partir de 2018, la revalorisation sera automatique et basée sur l’inflation.

Il existe plusieurs mécanismes permettant d’être exonéré de la taxe foncière. Cela s’applique généralement à partir du moment où le propriétaire entame une action de reboisement.

L’exonération varie selon que le terrain bénéficie d’un reboisement naturel ou de plantations, et la durée de l’exonération variera en fonction des espèces d’arbres plantés.

Ainsi, en cas de plantation ou de replantation de peupliers l’exonération est de 10 ans, alors que pour un reboisement naturel de feuillus l’exonération sera de 50 ans. De plus, les forêts bénéficiant de l’engagement “Natura 2000” peuvent également bénéficier d’une exonération pendant 5 ans.

Enfin les terrains « en équilibre de reboisement » (avec des futaies irrégulières) peuvent bénéficier d’un abattement de 25% pendant 15 ans (des attestations seront alors à fournir).

 

Ainsi la volonté du législateur est-elle de favoriser le reboisement au travers de dispositif fiscaux avantageux. Il ne faut néanmoins pas perdre de vue les contraintes qui pèsent sur un tel investissement, non seulement sur sa rentabilité, lointaine et aléatoire, mais aussi au travers des obligations qui pèsent sur les investisseurs, comme la gestion du patrimoine forestier en accord avec les Plans Simples de Gestion.

 

Pour en savoir plus sur l’exploitation forestière, sa fiscalité et ses contraintes, retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

Exploitation forestière

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire