Quelles différences y a t-il entre une taxe et un impôt ?
Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

Quelles différences y a t-il entre une taxe et un impôt ?
4.6 (92.5%) 8 votes

Quelles différences y a t-il entre une taxe et un impôt ?

Le système fiscal français repose sur un certain nombre de prélèvements obligatoires qui ont des fondements différents ainsi que des appellations différentes.

Par simplification, le vocabulaire juridique est bien souvent malmené et des termes sont utilisés à la place d’autres : ainsi en est-il des mots « taxe » et « impôt ». Si l’un et l’autre correspondent à des prélèvements fiscaux, ils sont toutefois bien différents dans leur nature.

Valoxy vous explique la différence entre ces deux notions.

I. Qu’est-ce que l’impôt ?

De manière simplifiée, l’impôt est une somme qui est payée tant par des personnes physiques (vous et moi) que par des personnes morales (les sociétés, les associations,…).

L’impôt est une somme qui est prélevée en fonction de la « richesse » de chacun et de sa faculté à pouvoir payer ladite somme (d’où la notion par exemple de progressivité de l’impôt). Ce prélèvement est obligatoire, sauf cas d’exonération, à peine de sanctions à l’encontre des contribuables.

Taxe et impôtL’impôt est payé à l’État et n’est pas la contrepartie d’un service « particulier et identifié » : contrairement par exemple au cas où l’on recourt aux services d’un artisan, on paye ses services. Ici l’impôt ne vient pas rémunérer l’État de ses services, d’autres prélèvements existent pour cela, mais vient contribuer à former le budget de l’État : on dit que l’impôt sert à couvrir les dépenses publiques et à réaliser les prestations économiques et sociales de l’État.

« L’impôt est une prestation pécuniaire, prélevée régulièrement par voie d’autorité, à titre définitif, et sans contrepartie directe, en vue de couvrir les charges publiques ». (Georges Vedel)

L’impôt, enfin, est généralement défini par cinq caractéristiques essentielles (Cf Arrêt du Conseil d’État du 21 novembre 1958 Vs « Syndicat national des transporteurs aériens ») :

  • l’impôt est  pécuniaire : autrement dit, il est prélevé en monnaie, sur la base d’une somme qui peut être traduite en valeur monétaire. En France l’impôt est prélevé en euros,
  • Il est effectué par voie d’autorité : on entend par là que l’État, ou plus généralement la puissance publique, fixe la liste des redevables de l’impôt (via ce que l’on appelle un rôle) qui sert ensuite de base à l’établissement puis à l’envoi des avis d’imposition,
  • Il est opéré à titre définitif : cela signifie que la somme, contrairement à un emprunt par exemple, a vocation à appartenir à l’État
  • L’impôt sert à financer les personnes publiques : comme dit précédemment, l’impôt est affecté au budget de l’État,
  • Enfin l’impôt est sans  lien avec le fonctionnement du service. L’impôt ne constitue pas le coût d’un service rendu et n’implique pas de contrepartie.

L’impôt est régi par un principe qui est celui de l’égalité des citoyens devant les charges publiques : l’impôt doit en principe être acquitté par toute personne qui en est redevable mais cela ne fait pas obstacle à ce que le montant de l’impôt soit adapté au cas par cas à chaque contribuable : selon ses ressources, son patrimoine,…

L’impôt est donc le moyen d’exprimer la solidarité et d’égalité des citoyens devant les dépenses publiques, indépendamment des avantages reçus ou des services utilisés.

II. Qu’est-ce qu’une taxe ?

Fondamentalement une taxe n’est pas bien différente d’un impôt en ce sens qu’il s’agit également d’un prélèvement fiscal définitif.
La taxe est également une somme d’argent qui est payée par des contribuables : elle est donc pécuniaire, obligatoire quand elle est due et effectuée par voie d’autorité.

La véritable différence entre l’impôt et la taxe réside dans leur finalité : la taxe est liée à une prestation de service rendue par un organisme de service public.

La taxe vient, en effet, rémunérer le fonctionnement d’un service public ou l’utilisation d’un ouvrage public, contrairement à l’impôt qui n’est pas affecté à une dépense en particulier mais qui concourt au budget global de l’État.

Taxe et impôtIl faut souligner toutefois que la taxe n’est pas proportionnelle au service rendu et que, même si un contribuable ne bénéficie pas du service, il doit tout de même payer cette taxe : il s’agit, encore une fois, du principe de solidarité des citoyens au regard des dépenses publiques. Le montant de la taxe est donc généralement fixe et ne varie que très peu.

Remarque : Ce dernier point permet également de différencier la taxe de la redevance.
Cette somme est payée par les usagers des services publics ou des ouvrages publics en contrepartie des services ou de l’utilisation de ce service ou de cet ouvrage. Toutefois, contrairement à la taxe, la redevance est une somme proportionnelle, et varie en fonction de l’utilisation du service ou de l’ouvrage par l’usager. Ainsi, le montant de la redevance varie en fonction du coût du service.

Enfin, il faut souligner que seuls les utilisateurs du service vont devoir payer la redevance : ceux qui ne l’utilisent pas n’en sont pas redevables. La redevance est la somme versée par un usager d’un service ou d’un ouvrage public.

Maintenant que les choses sont clarifiées, il est intéressant de cerner plusieurs exemples d’impôts et taxes (et de redevances). En effet, la loi ne manque pas d’écarts de langage en la matière.

III. Quelques exemples…

A. … D’impôts

Les impôts les plus courants sont bien entendu aussi les plus connus :

  • l’impôt sur le revenu (IRPP),
  • l’impôt sur la fortune (ISF),
  • l’impôt sur les sociétés (IS),

On peut aussi trouver des impôts qui ne disent pas leur nom :

  • la taxe sur la valeur ajoutée, qui, contrairement à ce que son nom indique, est un impôt et non une taxe
  • la taxe d’habitation
  • la taxe foncière
  • TASCOM

Ce ne sont ici que quelques exemples mais qui illustrent bien le peu de différences que font même les lois entre les différents prélèvements.

B. … Du côté des taxes

Le panel des taxes, qui en sont véritablement, est également assez large :

  • la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)
  • la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP)

La liste des taxes est très étendue et il serait fastidieux de les énumérer toutes.

C. … Et enfin les redevances

La redevance qui porte le mieux son nom, et peut être la plus emblématique : la redevance TV, qui n’est due que par les personnes qui utilisent un téléviseur (autour de 95% des français).
On en trouve également d’autres :

  • redevance sur les ordures ménagères (REOM), dont la base est différente de la taxe
  • redevance d’archéologie préventive
  • redevance d’assainissement

Conclusion

En définitive, si l’on veut schématiser :
Impôt : cas le plus courant, son montant n’est pas affecté et il ne dépend pas de l’utilisation d’un service public
Taxe : elle est payée par tous, même par les non usagers du service public, et n’est pas proportionnelle mais elle rémunère un service
Redevance : elle n’est payée que par les usagers d’un service, elle est proportionnelle, et elle rémunère ce service.

Dorénavant vous n’aurez plus de raison de vous tromper.

Découvrez nos autres articles sur les taxes, les impôts et les redevances sur le blog Valoxy :

compte courant associé

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire