Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

Quelles différences entre le résultat comptable et le résultat fiscal ?
4.6 (92%) 5 votes

Quelles différences entre le résultat comptable et le résultat fiscal ?

Le résultat « comptable » de l’entreprise est le résultat découlant des règles « économiques » classiques. Le résultat « fiscal » ne sert qu’à déterminer la base sur laquelle sera calculé l’impôt, et suit les règles fiscales en vigueur.

Il existe ainsi une différence dans la perception du résultat d’une entreprise selon qu’on le regarde comme un fiscaliste ou comme un comptable.

Pas de panique, VALOXY vous explique simplement ces différences.

Le résultat comptable

Fonctionnement

Le résultat d’une entreprise s’obtient en additionnant l’ensemble des produits et en soustrayant l’ensemble des charges.

Résultat = Produits – Charges

Différence entre résultat comptable et résultat fiscalLes charges correspondent à un appauvrissement de l’entreprise. Il faut les différencier des dépenses, qui se traduisent, elles, par une sortie de trésorerie. Par exemple le paiement des salaires est une charge qui se traduit par une sortie de trésorerie. Les amortissements et les provisions sont des charges sans flux de trésorerie; l’amortissement représente l’usure des biens de l’entreprise et donc leur perte de valeur. Un investissement est undépense, (sortie de trésorerie) mais ce n’est pas une charge.

Un produit est un enrichissement pour l’entreprise, il peut s’agir par exemple des ventes de l’entreprise ou des aides de l’Etat.

Par résultat comptable, nous entendons le résultat net de l’exercice c’est-à-dire après prise en compte de l’ensemble des charges et des produits.

En comptabilité, il existe plusieurs niveaux de résultat : le résultat d’exploitation par exemple ne prend en compte que les charges et les produits d’exploitation. Le résultat financier mesure la différence entre les charges et les produits financiers…

C’est à partir du résultat net que l’entreprise va calculer ses différents ratios, prendre des dividendes, négocier avec son banquier…

Le résultat fiscal

Le fonctionnement du résultat fiscal.

Le résultat fiscal est déterminé à partir du résultat comptable. Et il va servir de base d’imposition à l’entreprise.

Pour déterminer le résultat fiscal, il est nécessaire d’opérer certains retraitements en partant du résultat comptable.

Ces retraitements seront faits pour respecter la législation fiscale qui autorise certains produits et charges à être déduits ou non de la base d’imposition. Ces retraitements sont deux types :

  • Des réintégrations qui consistent dans la plupart des cas à neutraliser une dépense enregistrée en comptabilité mais qui n’est pas reconnue comme une dépense par la fiscalité. Les réintégrations viennent donc majorer le résultat fiscal (par exemple réintégration de la fraction des intérêts d’emprunt qui excèdent les taux maximum prévus par les règles fiscales, ou encore la réintégration de certaines provisions). Attention, les réintégrations ne concernent pas que les charges, certains produits peuvent aussi être réintégrés (ex: les gains latents de change),
  • Des déductions qui correspondent pour l’essentiel à des produits comptabilisés mais non imposables ou imposables à un taux particulier (ex: certaines plus-values pour les entreprises soumises à l’IS). Une déduction vient minorer le résultat fiscal d’une entreprise. Certaines charges peuvent également être déduites fiscalement.

Le résultat fiscal s’obtient donc ainsi :

Résultat comptable + réintégrations – déductions = Résultat fiscal

L’entreprise est-elle soumise à l’IS ou à l’IR ?

Pour les sociétés, deux régimes d’imposition sont possibles: soit une imposition à l’impôt sur le revenu, soit une imposition à l’impôt sur les sociétés.

Ce choix a également des conséquences sur la détermination du résultat fiscal. Certaines réintégrations ou déductions sont en effet spécifiques à l’un ou l’autre mode d’imposition.

Pour les sociétés soumises à l’Impôt sur le revenu, la principale spécificité vient du fait que la rémunération du gérant doit être réintégrée dans le résultat fiscal de l’entreprise.

Exemple: une société soumise à l’IR réalise un résultat comptable de 10 000 €. Le gérant a perçu une rémunération de 15 000 € au cours de l’année.

Le résultat fiscal de l’entreprise sera de (10 000 + 15 000) = 25 000 €

Cette différence vient du fait que la rémunération du gérant dans une société soumise à l’IR n’est pas imposée dans la catégorie des traitements et salaires mais qu’elle se confond avec le résultat de la société.

Différence entre résultat comptable et résultat fiscalSi l’entreprise est soumise à l’Impôt sur les Sociétés, le résultat fiscal est soumis au taux d’Imposition correspondant (15% ou 33.33 %). Pour rappel une baisse du taux d’impôsition sur les sociétés a été annoncée récemment.

Si l’entreprise est soumise à l’Impôt sur le Revenu, le résultat fiscal est intégré dans le revenu du foyer fiscal pour être imposé selon les modalités propres à cet impôt.

Quelques exemples de réintégrations et de déductions fiscales.

Certaines réintégrations sont communes aux sociétés quel que soit leur régime d’imposition. Par contre, d’autres sont spécifiques en fonction du régime d’imposition retenu.

Parmi les réintégrations communes au deux types d’imposition on trouve :

  • Différence entre résultat comptable et résultat fiscalLa réintégration des amortissements d’un véhicule de tourisme
  • La réintégration des amendes et pénalités payées par l’entreprise.
  • La réintégration des dépenses somptuaires (c’est-à-dire sans lien direct avec la gestion de l’entreprise)…

L’une des principales déductions faite sur le résultat comptable concerne les sociétés soumises à l’Impôt sur les Sociétés. Lorsque celles-ci touchent des dividendes de leurs filiales (lorsqu’elles détiennent au moins 5% du capital) elles bénéficient d’une déduction d’impôt à hauteur de 95% des dividendes.

Ainsi, une société à l’IS qui perçoit 1 000 € de dividendes de sa fille pourra déduire 950 € et ne sera imposée que sur 50 €.

Conclusion

La compréhension des mécanismes de réintégrations et de déductions peut permettre une meilleure optimisation fiscale de la société.

avantages fiscaux et sociaux du management package

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.

2 commentaire(s)

des plus récents
Meilleur des plus récents des plus anciens
1

Vous précisez dans votre article qu’il y a réintégration de la rémunération du gérant dans le résultat fiscal de l’entreprise parce que je cite : « la rémunération du gérant dans une société soumise à l’IR n’est pas imposée dans la catégorie des traitements et salaires ». S’agit-il de la rémunération BRUTE ou NETTE du gérant à réintégrer ? Merci pour votre réponse.

2
Expert Comptable Valoxy

Bonjour,
En effet, la rémunération du gérant n'est pas déductible. Cependant, les cotisations sociales payées sur ces prélèvements le sont. Vous devez donc réintégrer fiscalement les prélèvements "nets" perçus. Généralement, la rémunération perçue par le gérant est enregistrée dans un compte de charge distinct (644 - rémunération de l'exploitant). Ce sont les montants enregistrés dans ce compte qui doivent être réintégrés.
Bien cordialement,
L'équipe Valoxy

Comments0
Facebook
Twitter
Google+0
Linkedin0
E-mail

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, vous allez rester au top de l’actualité .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.