Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Comptabilité
Dépréciation des immobilisations
5 (100%) 1 vote

Dépréciation des immobilisations

Lorsqu’une immobilisation entre dans une entreprise, celle-ci a pour but d’améliorer durablement le cycle d’exploitation de l’entreprise. Or cet actif, du fait de l’usure, du temps ou de l’obsolescence, perd de sa valeur, d’où la constatation chaque année d’un amortissement égal au prix d’achat divisé par le nombre année d’utilisation.

dépréciation comptable

Dépréciation des immobilisations

Pourquoi déprécier une immobilisation ?

Au cours de sa vie,  une immobilisation peut perdre de la valeur plus rapidement que prévu. Déprécier une immobilisation permet d’intégrer en comptabilité cette réalité.

« La dépréciation d’un actif est donc la constatation que sa valeur actuelle est devenue inférieure à sa valeur nette comptable.(Immobilisation Brut – Amortissement pratiqué) » (PCG 322-1-4)

C’est pourquoi, à chaque clôture, lorsqu’il existe une perte de valeur notable, l’entreprise peut effectuer une dépréciation.

Quand faut-il comptabiliser une dépréciation ?

Afin de définir la dépréciation, l’avis n°2002-07au §2.2.1 du CNC donne des précisions sur les causes internes et externes qui peuvent amener à comptabiliser une dépréciation :

En indice interne :

  • dépréciation comptableL’obsolescence non programmée.
  • La dégradation physique non prévue.
  • Les changements importants dans le mode d’utilisation ayant un effet négatif pour l’actif.
  • Une insuffisance de performances par rapport aux prévisions.

En indice externe :

  • La valeur de marché.
  • Les changements importants dans l’environnement technique, économique ou juridique ayant un effet négatif sur l’entreprise.
  • La variation du taux d’intérêt si une augmentation du taux diminue la valeur actuelle.

Comment évaluer la dépréciation à comptabiliser ?

Lorsque l’une des causes est vérifiée, l’entreprise doit déterminer la valeur actuelle de l’actif. La valeur actuelle est la valeur la plus élevée entre la valeur d’usage et la valeur vénale.

La valeur d’usage

C’est « la valeur des avantages économiques futurs attendus de l’utilisation  de l’actif et de sa sortie calculée à partir des flux nets de trésorerie attendus. » (PCG, art. 322-1.11). C’est la valeur d’utilité du bien.

La valeur vénale

C’est la valeur de marché du bien. (« le montant qui pourrait être obtenu, à la date de clôture, de la vente d’un actif lors d’une transaction conclue à des conditions normales de marché, net des coûts de sortie. » PCG, art. 322-1.10).

« Si la valeur actuelle d’un actif immobilisé devient inférieure à sa valeur nette comptable, cette dernière est ramenée à la valeur actuelle par le biais d’une dépréciation » (PCG 322-5-3)

Dès lors on effectue le test suivant : si la valeur vénale est inférieure à la valeur nette comptable, on calcule la valeur d’usage, afin de déterminer la valeur actuelle, et de vérifier si la valeur actuelle est inférieure à la valeur nette comptable.

Cependant, il n’est possible  de constater une dépréciation que si cette dernière est probable et ne revêt pas un caractère irréversible.

Comment comptabiliser une dépréciation ?

Enregistrer une dépréciation comptable

Pour enregistrer une dépréciation on passera l’ écriture comptable suivante  :

dépréciation comptable 1

Attention en cas de reprise de dépréciation, la reprise ne peut jamais être supérieure à la différence entre la VNC (valeur nette comptable) sans dépréciation et l’addition de la VNC et du montant de la reprise.

Il convient donc au moment d’une dépréciation d’élaborer 2 plans d’amortissements : l’un ne tenant pas compte de la dépréciation, et l’autre en tenant compte de la nouvelle valeur de l’actif afin de connaître la limite autorisée de la dépréciation.

Il est permis de transférer en compte d’amortissement une quote-part de la dépréciation à la clôture de chaque exercice, avec comme montant du transfert : les dotations aux amortissements calculées sur la nouvelle base amortissable, moins les dotations aux amortissements qui auraient été comptabilisées en l’absence de dépréciation.

Enregistrer une reprise sur dépréciation comptable

Pour enregistrer une reprise sur dépréciation on passera l’ écriture comptable suivante  :

dépréciation comptable 2

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.
Comments0
Facebook
Twitter
Google+0
Linkedin0
E-mail

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, vous allez rester au top de l’actualité .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.