Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Fiscalité

Le contrôle fiscal à la demande d’une PME

Une PME peut demander à l’administration fiscale de contrôler un point précis de sa fiscalité. Cela lui permet, d’une part, de s’assurer qu’elle respecte correctement les règles fiscales, et, d’autre part de prouver sa bonne foi.

Ce dispositif est assez rare dans la pratique. Il permet néanmoins d’anticiper un contrôle fiscal et de s’y préparer. Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, revient sur ce dispositif.

Les conditions du contrôle fiscal

Ce dispositif est destiné aux sociétés soumises à l’Impôt sur les Sociétés ou à l’Impôt sur le Revenu. (dans la catégorie des BIC, BNC, BA).

Le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 1.500.000 € pour les sociétés exerçant une activité de vente de biens. Ce seuil passe à 450.000 € pour les prestataires de services.

Les modalités de la requête

Le contrôle fiscal à la demande d'une PMELa demande de contrôle fiscal doit se faire par écrit. Elle doit mentionner explicitement les points sur lesquels l’entreprise sollicite le regard de l’administration. Il peut s’agir ici de préciser les impôts à contrôler ainsi que la période concernée.

L’administration fiscale n’a pas obligation d’engager le contrôle suite à la demande du contribuable. Elle peut rejeter la demande intégralement ou partiellement. Dans ce cas, le contrôle pourra ne porter que sur tout ou partie des points soulevés.

Dans tous les cas, l’administration a obligation de faire connaître rapidement sa décision de contrôle ou non par écrit.

Le contrôle fiscale à la demande d'une PMELa procédure de contrôle ne constitue pas une vérification de comptabilité. L’administration fiscale pourra donc effectuer celle-ci par la suite. (sur la même période et sur les mêmes impôts). Rien n’empêche l’administration fiscale de procéder à une vérification ultérieure dans la même société.

La procédure de contrôle.

Le contrôle fiscal peut se dérouler soit dans les locaux de l’entreprise, soit chez l’expert-comptable de la société.

Dans le cadre de son contrôle, le représentant de l’administration fiscale peut examiner l’ensemble des documents comptables ainsi que les factures afférentes à cette comptabilité.

Attention : le contrôleur doit limiter ses investigations aux seules pièces en lien avec l’objet de sa vérification.

Exemple : si le contrôleur vérifie les modalités d’amortissement d’un investissement, il ne peut pas investiguer sur les indemnités kilométriques des salariés.

De ce fait, la présence du contrôleur dans l’entité reste limitée.

Les conclusions du contrôle

Les conclusions du contrôle sont impérativement envoyées par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR). Lettre dans laquelle l’administration est obligée de prendre position sur les questions pour lesquelles elle a été interrogée.

Le contrôle fiscale à la demande d'une PMESi l’administration confirme la position de l’entreprise, elle ne pourra pas, en cas de contrôle ultérieur, procéder à une rectification basée sur une interprétation différente. Cette décision peut néanmoins être remise en cause en cas de modification significative de la situation de l’entreprise, d’un changement législatif ou d’un changement dans la doctrine de l’administration fiscale.

Dans le cas où l’administration découvre des irrégularités, deux hypothèses sont alors envisageables :

  • Si l’entreprise n’a pas encore procédé au dépôt de sa déclaration de résultat, elle est « invitée » à tenir compte des conclusions de l’administration dans sa déclaration au fisc,
  • Si la déclaration a déjà été déposée, l’entreprise peut alors rectifier sa situation au moyen d’une Déclaration Complémentaire de Régularisation (DCR). Elle devra alors s’acquitter du rappel d’imposition et les intérêts de retard seront réduits de 30%.

Conclusion

L’objectif de l’administration au travers cette procédure de contrôle est « d’apaiser » les relations entre l’administration fiscale et les contribuables. En essayant d’encourager les contrôles faits d’un commun accord, l’administration vise ainsi à créer un climat de confiance. Si ces intentions sont louables, il faut néanmoins rester prudent vis-à-vis de cette démarche. Il ne faut pas hésiter à se faire assister par un conseiller. (expert-comptable ou avocat fiscaliste par exemple).

Pour plus d’informations sur le contrôle fiscal, retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.