Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Comptabilité
Le capital social
4 (80%) 2 votes

Le capital social

Le capital social est un élément essentiel des sociétés. Des sociétés car elles sont les seules formes d’exercice à en posséder un. Les auto-entrepreneurs, les entreprises individuelles ou encore les EIRL n’en possèdent pas.
Il est composé des apports (en numéraire et en nature) effectués par les associés (ou actionnaires) et représente donc une « dette » à long terme qu’a la société envers ces derniers.

En contrepartie de cette « créance », les associés (ou actionnaires) vont recevoir des titres (parts sociales ou actions), fragments de ce capital social qui vont leur donner des droits de vote ainsi que des droits aux bénéfices, généralement proportionnels à la quotité de capital détenu.

le capital social

Le capital social

Composition du capital social

Les associés (ou actionnaires) peuvent effectuer trois types d’apports :

  • En numéraire : liquidités,
  • En nature : biens mobiliers ou immobiliers,
  • En industrie : savoir-faire, carnet d’adresse…

Seuls les deux premiers types d’apports entrent dans la composition du capital social.

Attention : Il ne faut pas confondre le capital social et les capitaux (ou fonds) propres. Les deux sont inscrits au passif du bilan, car ils représentent une dette de la société envers ses associés, mais la notion de capitaux propres est plus large.

Le capital social est une composante des capitaux propres au même titre que le report à nouveau, les réserves ou encore le résultat de l’exercice.

Montant du capital social

Si il y a quelques années la loi imposait un capital minimum dans la plupart des sociétés commerciales, aujourd’hui seule la société anonyme (SA) doit être constituée avec un capital social de 37 000 euros minimum. Pour les autres sociétés, ce montant est fixé librement (1 euro suffit !).
Si son montant est la plupart du temps fixé librement, ce dernier doit nécessairement être inscrit dans les statuts de la société.

Attention : Dans les sociétés où aucun capital minimum n’est exigé, prenez garde à bien évaluer les besoins initiaux de votre société car en cas de liquidation, vous pourriez être tenu responsable du passif si le capital s’est avéré bien trop faible.

Les statuts vont également prévoir les modalités de souscription et de libération du capital social.

Souscription / Libération du capital social

le capital socialLa souscription du capital social est l’engagement des associés (ou actionnaires) de mettre à la disposition de la société telle somme d’argent ou tel bien.
La libération est, quant à elle, l’exécution de cet engagement.
Si le capital doit impérativement être souscrit en début d’activité (le montant étant inscrit dans les statuts), il n’a pas à être libéré immédiatement en intégralité.
En effet, il peut y avoir une libération partielle des apports en numéraire (seulement, les apports en nature devant être libérés à la souscription).

Ainsi, on peut souscrire une certaine somme et ne la mettre à disposition de la société que petit à petit. Cela peut notamment permettre de pouvoir apporter une somme plus importante.

Cela peut également permettre de souscrire une somme plus importante comme on n’a pas à la libérer tout de suite.

Attention : Si une procédure collective (sauvegarde, redressement, liquidation judiciaire) est ouverte en cas de difficultés rencontrées par la société, le juge ou le liquidateur peuvent demander la libération immédiate du reliquat de capital social souscrit. Là aussi, gare aux engagements excessifs.

Modalités de libération des apports en numéraire

Il existe des obligations légales en fonction des différents types de sociétés.

  • En SA/SAS : La moitié du capital doit être libéré à la signature, le reste dans les 5 ans.
  • En SARL : 1/5 du capital social doit être libéré à la signature, le reste dans les 5 ans.

Ce sont ensuite les statuts qui vont déterminer l’échelonnement ou les modalités d’appel du reliquat.

Attention : Si le capital n’est pas entièrement libéré, la société ne peut bénéficier du taux réduit de l’IS à 15%.

Evolution du capital social

Le capital est susceptible d’évoluer au fil des années. Ce dernier peut augmenter dans les cas où la société grandit et que de nouveaux associés (ou actionnaires) y sont entrés.
A l’inverse, il peut également être amené à diminuer en cas de sortie d’un ou plusieurs associés.

Attention : Si généralement, les augmentations et réductions de capital sont libres, une procédure impérative existe lorsque les capitaux propres deviennent inférieurs à la moitié du capital social.

La fiscalité de la cession de parts sociales

Laisser un commentaire

Pas de commentaire
Comments0
Facebook
Twitter
Google+0
Linkedin0
E-mail

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, vous allez rester au top de l’actualité .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.