Comment financer sa création ou sa reprise d'entreprise ?
Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Création
Les aides au financement pour la création ou la reprise d’entreprise
4.3 (85%) 4 votes

Les aides au financement pour la création ou la reprise d’entreprise

Vous êtes créateur ou repreneur d’une entreprise ? Vous vous demandez où trouver du financement, des aides au financement ? Vous vous demandez s’il existe des allégements (fiscaux, sociaux, etc..) dont vous pourriez bénéficier ?

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, vous propose un tour d’horizon des différentes aides (publiques ou privées) que vous pourriez obtenir pour lancer votre projet.

Les exonérations

accreL’ACCRE (Aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise)

L’ACCRE permet aux demandeurs d’emploi et aux bénéficiaires du RSA (entre autres) de bénéficier d’une exonération de charges sociales pendant un an.

Pour tout savoir sur ce dispositif : https://blog.valoxy.org/aide-a-la-creation-le-dispositif-accre/

Les allégements fiscaux

Ils sont de plusieurs ordres et sont conditionnés par l’entreprise elle-même ou par sa zone d’implantation. Sans être tout à fait exhaustif, on peut citer :

  • La réduction d’impôt sur le revenu pour souscription au capital d’une PME ;
  • La réduction d’ISF pour souscription au capital d’une PME
  • L’exonération d’impôt pour la reprise d’entreprise en difficulté ;
  • L’exonération d’impôt pour la création ou la reprise d’entreprise au sein de certaines zones prioritaires (ZRR, ZFU…) ;
  • Les nombreux crédits d’impôts

Les aides financières

Les aides régionales

Il en existe de très nombreuses et ces dernières varient en fonction du projet, du secteur d’activité ou encore du lieu d’implantation. Rendez vous sur le site www.aides-entreprises.fr afin de voir à quelles aides vous pourriez prétendre.

création d'entrepriseL’aide à la première embauche

Cette aide, toute récente, est accessible à toute entreprise qui embauche son premier salarié (CDI ou CDD de plus de 12 mois). Elle s’élève à 4 000 euros qui seront versés par tranche de 500 euros tous les 3 mois.

Les subventions

Là aussi, il en existe plusieurs sortes qui peuvent varier en fonction du repreneur ou de son secteur d’activité. On peut citer :

  • Les nombreuses subventions sectorielles (secteur agricole, secteur de la presse, de la culture, les aides aux chauffeurs de taxi…) ;
  • La subvention de l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées) pouvant aller jusqu’à 6 000 euros mais nécessitant un apport minimum de 1 500 euros.
  • La bourse FrenchTech. Subvention destinée à couvrir certaines dépenses nécessaires au lancement d’un projet innovant.

Les aides au financement

Le prêt d’honneur

Le prêt d’honneur est un prêt à taux 0 pouvant être accordé au repreneur ou au créateur (pas à l’entreprise), et destiné au financement des fonds propres ou des besoins en fonds de roulement d’un début d’activité. Pourront être prêtés entre 2 000 et 50 000 euros (voire plus en fonction de la zone d’implantation ou de la nature innovante du projet) mais ce prêt est conditionné à un emprunt bancaire complémentaire.

Le prêt d’honneur vise à faire profiter l’entreprise d’un effet de levier financier en lui permettant d’emprunter.

Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise)

nacreLe dispositif NACRE vise à accompagner certains créateurs ou repreneurs (demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, jeunes…) grâce à une aide financière mais également par le biais d’un suivi et d’un appui pendant une durée comprise entre 1 et 5 ans.

L’aide financière prendra la forme d’un prêt à taux 0 pouvant aller de 1 000 à 10 000 euros. A noter que ce prêt sera accordé sans garantie et que le créateur/repreneur devra souscrire un emprunt bancaire supplémentaire (d’une durée et d’un montant supérieur au prêt NACRE).

Le CAPE (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise)

Ce contrat permet un accompagnement des particuliers (non salariés à temps plein) et des dirigeants associés uniques d’EURL ou de SASU lors de la création ou la reprise d’entreprise. Ce contrat leur est proposé par des sociétés ou des associations qui vont mettre à leur disposition des moyens financiers, matériels, techniques…

Ce contrat, nécessairement écrit, est conclu pour un an maximum (renouvelable 2 fois) et nécessitera le suivi d’un programme de préparation à la gestion d’entreprise.

Le recours aux « business angels » ou aux organismes de « capital risque »

comptabilisation des dividendesLe créateur/repreneur ayant besoin de financement peut également faire appel à des organismes de capital-risque ou à des « business angels » qui vont aider au financement et au développement de l’entreprise. Ces derniers vont prendre une participation au capital de la société (généralement minoritaire et pour une durée d’environ 5 ans) afin de lui permettre de réaliser les investissements nécessaires à son expansion puis sortiront une fois qu’ils auront réalisé le profit escompté.

Ils peuvent investir de très grosses sommes si le projet est prometteur (et rémunérateur à moyen terme).

Les garanties

Ce qui fait généralement défaut pour obtenir un prêt, ce sont les garanties que demandent les banques. Certains organismes de cautionnement mutuel et de garanties (BpiFrance, SIAGI, SOCAMA…) peuvent vous apporter les garanties nécessaires à l’obtention de votre prêt. Concrètement, c’est l’organisme qui se portera garant ou caution à votre place.

Les conseils Valoxy

Valoxy vous à donné ici une vision globale de la quantité d’aides qui peuvent être octroyées aux créateurs et aux repreneurs d’entreprise.

Mais, les aides ne feront pas tout, donc une fois le projet en tête, n’hésitez pas à :

  • Penser au « crowdfunding »;
  • Participer aux ateliers création/reprise proposés par les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) ou encore aux salons spécialisés organisés par les régions ;
  • Participer aux concours pour la création d’entreprise.
  • Rencontrer des experts comptables, ce sont souvent eux qui connaissent les entreprises à la recherche d’un repreneur ;
  • Penser au crédit vendeur dans l’hypothèse d’une reprise d’entreprise. Ce mécanisme permet au vendeur de faire crédit au repreneur d’une partie (50% du montant maximum) du montant de la reprise. Cela peut permettre de financer les stocks par exemple.

Pour en savoir plus sur le financement de votre projet, consultez nos articles sur le blog de Valoxy :

prêts interentreprises

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Commentaires
  • Excellent article ét unissons nous sur les profils créateurs demandeurs d’emploi.
    13 novembre 2015
  • Bonjour,

    Merci pour votre commentaire. Tout a fait d’accord pour travailler ensemble dans ce sens.

    Cordialement
    L’équipe Valoxy, expert-comptable

    13 novembre 2015