Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Diriger son entreprise
L’affacturage et l’assurance-crédit
Noter cet article

L’affacturage et l’assurance-crédit

Selon l’enquête Altares du 4ème trimestre 2016, les délais de paiement se sont améliorés avec un retard moyen de 13,6 jours (début 2015) à 11.3 jours (fin 2016). Cependant la gestion de la trésorerie et du BFR reste essentielle au bon fonctionnement des entreprises, quelles que soient leur taille.

De l’affacturage classique à l’affacturage spécifique et à l’assurance-crédit, Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, s’arrête sur les nombreux outils proposés aujourd’hui pour améliorer la trésorerie des entreprises et optimiser leur sécurité.

 

affacturageL’affacturage classique est une technique de financement de court terme. Au travers de cet outil, une entreprise cède ses créances à un organisme financier, appelé factor. Sous 24 à 48 heures, l’entreprise encaisse les factures cédées avant leur échéance et peut se libérer de la gestion du poste client et des coûts administratifs afférents.

Le paiement des factures se réalise sous déduction de commissions correspondant aux coûts de gestion et de financement.

En règle générale, la commission de gestion est proportionnelle au montant des factures cédées. Le coût de financement représente le prix du concours accordé. L’entreprise met également en place, chez le factor, un fonds de garantie pour couvrir celui-ci du risque d’impayés. Cette garantie constituée par prélèvement sur les factures cédées au fur et à mesure du contrat d’affacturage peut varier en fonction de l’évolution du portefeuille géré, des risques ou encore du volume d’affaires.

Ce fonds de garantie sera restitué à l’entreprise au terme du contrat d’affacturage.

Le besoin du marché et la demande des entreprises ont fait évoluer l’offre classique du factoring. Sont alors apparues de nouvelles formes d’affacturage,  afin de répondre de façon plus spécifique aux attentes. On trouve des formules adaptées sur les commissions à travers un forfait, sur la prise en charge ou non de la gestion du recouvrement par le factor, sur les pays de commercialisation, sur la nationalité des clients, ou encore sur la confidentialité vis-à-vis des clients. En effet, même si l’image de l’affacturage a beaucoup évolué ces dernières années, certaines entreprises ne souhaitent pas communiquer sur l’utilisation de ce mode de financement.

Il existe aussi l’affacturage inversé (ou reverse factoring ou encore affacturage fournisseur). Comme son nom l’indique, cet outil permet à une entreprise de demander à un factor de payer ses fournisseurs avant les délais indiqués sur la facture. A la date d’échéance de celle-ci, l’établissement financier est remboursé par l’entreprise moyennant une commission qui vient grever le coût de la facture initiale.

L’affacturage inversé permet à une entreprise de proposer à ses fournisseurs un paiement anticipé de leurs factures moyennant un escompte. Cet outil permet de financer ses fournisseurs ou ses sous-traitants, en les réglant au comptant sans que cela ne pèse sur sa propre trésorerie.

C’est un outil financier mais aussi un outil de fidélisation d’une relation d’affaires, grâce notamment au raccourcissement des délais de paiement. Toutefois, pour mettre en place le reverse factoring, une entreprise doit avoir un volume d’affaires avec chacun des fournisseurs concernés d’un minimum de plusieurs dizaines de millions d’euros.

L’affacturage inversé reste encore peu utilisé, malgré une belle progression ces dernières années. Cette méthode est surtout utilisée dans le secteur de l’automobile, la grande distribution, et par les très grandes entreprises.

Et l’assurance-crédit alors ?

Les impayés sont à l’origine de nombreuses défaillances d’entreprises, et l’assurance-crédit permet d’anticiper le risque d’impayé (et permet de se concentrer sur le développement de ses activités). Prendre une assurance-crédit c’est avant tout sécuriser son poste client et garantir ses encaissements. ​ Grâce à cet outil, l’assureur crédit donne également à l’entreprise des informations financières sur ses partenaires, ce qui lui permet de se protéger du risque d’impayés.

assurance créditEn cas de défaillance, et c’est, sans doute, le plus grand intérêt de cet outil, l’assureur-crédit entame pour l’entreprise des démarches amiables et/ou judiciaires de recouvrement. Enfin et surtout en cas de défaillance du créancier, selon des règles de délai et de d’indemnisation définies à la signature du contrat d’assurance, la créance perdue est indemnisée.

Vous l’aurez compris l’assurance-crédit est une protection financière d’un élément important des actifs de l’entreprise. Elle contribue à rassurer vos partenaires financiers sur votre rentabilité et préserve vos actifs.

En conclusion, l’affacturage ou l’assurance-crédit sont des outils de financement et de sécurisation de votre BFR. Pris isolément ou associés, ils vous permettent d’assurer une visibilité sur votre poste client. Certes, leur utilisation génère des coûts financiers mais il est essentiel de garder en tête que pour compenser un impayé de 3.000 €, votre entreprise devra réaliser un chiffre d’affaires supplémentaire de 100.000 € si votre taux de marge bénéficiaire est de 3%.

L’équipe Valoxy reste à votre disposition pour tout besoin complémentaire d’information.

société civile professionnelle

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Commentaires
  • l’affacturage est un moyen de crédit dont le coût est exorbitant. en les frais de dossier, le nombre de jours minimum décompté, le fonds de garantie…. on finit par payer des sommes extraordinaires.
    11 mai 2017
  • Comme tout financement cet outil a effectivement un coût. Ce dernier dépend entre autres des volumes et des risques encourus par le factor. Le taux est déterminé au cas par cas. La commission d’affacturage oscille entre 0.15% et 1.30%. La commission de financement rémunère l’avance de trésorerie. Elle est souvent calculée sur la base d’un taux de référence tel que Euribor, Eonia…

    Ensuite effectivement s’ajoute des frais de dossier, d’abonnement ….

    Pour limiter ces coûts il peut être envisagé de faire appel à un courtier qui selon votre situation pourra trouver le bon compromis entre votre financement et son coût.

    12 mai 2017