L’ accord d’entreprise : quels changements depuis les ordonnances Macron ? | Valoxy, Expert Comptable Lille
Logo Valoxy
Photo extérieur Valoxy

Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Droit social
L’ accord d’entreprise : quels changements depuis les ordonnances Macron ?
5 (100%) 1 vote

L’ accord d’entreprise : quels changements depuis les ordonnances Macron ?

L’ accord d’entreprise intervient après négociation entre la direction et les représentants du personnel. Il permet d’établir les règles de fonctionnement de l’entreprise relatives au relations sociales, et permet d’équilibrer les revendications et attentes salariales et les besoins et impératifs de l’entreprise. Ce document, écrit et signé lorsqu’il est accepté par les deux parties, a une valeur légale, au même titre qu’un accord de branche. Alors, quelles thématiques peut-on aborder dans l’accord d’entreprise ? Comment a-t-il évolué  depuis les ordonnances Macron ? Quelles sont les obligations de l’employeur ? Valoxy vous explique le fonctionnement de l’accord d’entreprise.

 Quelles sont les règles qui régissent les rapports sociaux ?

Il est bon de rappeler les différents niveaux de règles, et leurs définitions, entre la loi, la convention collective, l’accord de branche et l’accord d’entreprise, et leur hiérarchie avant l’application des nouvelles dispositions de la loi El Khomri (loi Travail) et des ordonnances Macron :

 Le droit social regroupe toutes les normes qui déterminent les relations individuelles et collectives de travail.

Le droit du travail, détaillé dans le Code du travail, en est la traduction dans l’entreprise, et régit les relations entre un employeur et les travailleurs qui lui sont subordonnés.

La convention collective complète et adapte les dispositions du Code du travail à un secteur d’activité donné (par branche professionnelle, au niveau national, etc.). Accord conclu entre les organisations patronales, et une ou plusieurs organisations syndicales représentatives, la convention collective peut fixer des règles différentes de la loi, à condition qu’elles soient plus favorables aux salariés.

L’accord collectif est quant à lui un accord conclu entre un employeur (ou un groupement d’employeurs) et une (ou plusieurs) organisations syndicales pour spécifier certaines règles relatives aux conditions de travail, à l’emploi, ou aux garanties sociales des salariés :

  • l’accord de branche, au sein d’une branche professionnelle, dans un secteur d’activité donné,
  • l’accord d’entreprise, conclu dans l’entreprise.

En cas de conflit entre les différents niveaux, c’est la norme la plus favorable au salarié qui l’emportait.

La nouvelle loi travail

La réforme du droit du travail (les nouvelles dispositions de la loi El Khomri (loi Travail) et des ordonnances Macron) entraîne un renversement de cette hiérarchie, et promeut l’entreprise comme le lieu privilégié de la négociation collective.

L’accord d’entreprise peut donc imposer des conditions moins favorables que celles de la Convention Collective ou de l’accord de branche, sans pour autant déroger aux minima sociaux, ni toucher à certaines dispositions sociales.

L’accord d’entreprise obligatoire

À partir d’un effectif de 11 salariés (le seuil qui oblige les entreprises à avoir des délégués du personnel), une négociation en vue d’un accord d’entreprise est obligatoirement engagée par l’employeur, chaque année, autour des thématiques des salaires, des cotisations aux complémentaires santé pour les salariés, des primes et des dispositifs d’épargne (intéressements, participation…), de l’organisation et du temps de travail (égalité salariale, équilibre vie personnelle et vie professionnelle…), de la pénibilité au travail, et de l’emploi de travailleurs reconnus handicapés.

Notez qu’au-delà de 300 salariés, l’employeur doit prévoir des accords d’entreprise complémentaires pour la gestion des compétences des salariés, leur mobilité, les conditions d’information et de consultation du Comité Social Economique (CSE, l’instance représentative du personnel qui remplace progressivement les anciens DP, CHSCT et le CE depuis le début 2018) et enfin, pour les conditions d’informations et de consultation en cas de licenciement de plus de 9 salariés dans un délai inférieur à 30 jours. 

Les thématiques exclues de l’accord d’entreprise

En revanche, certaines thématiques sont historiquement exclues du domaine de l’accord d’entreprise. Il s’agit de la protection sociale du salarié, du salaire minimal, de la classification des formations que les salariés ont suivies par le passé et du fonctionnement de la formation professionnelle (heures cotisées, mutualisation des fonds dédiés…).

Les évolutions de l’accord d’entreprise depuis la réforme du Code du travail

La réforme du Code du travail (ordonnances Macron) – entrée en vigueur le 1er janvier 2018 – a modifié certaines règles relatives à la mise en place des accords d’entreprise.

Des négociations facilitées

Tout d’abord, en vue de faciliter la mise en place des accords, les négociations dans les entreprises de moins 20 salariés peuvent être entamées avec un représentant du personnel non élu et non mandaté par un syndicat. Au-delà de 20 salariés et en dessous de 50, le représentant du personnel doit être élu, mais peut ne pas être mandaté par un syndicat. Au dessus de 50 salariés, il doit obligatoirement être mandaté par un syndicat.

L’intervention de l’employeur pour organiser une consultation des salariés

Pour que l’accord d’entreprise soit valable, les représentants syndicaux ayant obtenu au moins 30 % des suffrages au premier tour des élections professionnelles ne doivent pas s’y opposer, auquel cas un référendum pourra être organisé. Enfin, un syndicat représentant au moins 50 % des suffrages aux dernières élections professionnelles doit valider l’accord.

De plus, les représentants syndicaux ayant obtenu plus de 30 % des suffrages peuvent demander une consultation des salariés pour valider l’accord. Ils disposent d’un mois pour le faire à compter de la signature de l’accord. À défaut, et depuis l’entrée en vigueur de la réforme le 1er janvier 2018, l’employeur peut prendre le relais pour organiser cette consultation dès l’expiration du délai.

Accord d’entreprise ou convention collective : un changement majeur de pouvoir

Traditionnellement, un accord d’entreprise ne pouvait jamais stipuler de règles moins favorables que celles prévues dans l’accord de branche, c’est-à-dire le plus souvent la Convention collective à laquelle est rattaché l’entreprise. Toutefois, la réforme du Code du travail du 1er janvier 2018 a revu certains pouvoirs :

  • d’abord, les règles relatives au fonctionnement du contrat de travail (période d’essai, salaire minimum…), normalement interdites dans un accord d’entreprise, peuvent désormais y être négociées, à condition qu’elles soient plus favorables que l’accord de branche,
  • désormais, les thèmes de la prévention de la pénibilité pour les travailleurs handicapés et les primes pour travaux dangereux sont prévues par accord d’entreprise, sauf si un accord de branche prévoit d’en verrouiller les débats,
  • les jours de congés payés et jours de congé maternité supplémentaires, les RTT, primes de 13e mois et primes d’ancienneté peuvent dorénavant être librement définis par accord d’entreprise, même si ces dispositions sont moins favorables que l’accord de branche.

Ce dernier point des ordonnances Macron a fait polémique, avec d’autres, notamment à cause du renversement de hiérarchie qu’il induit entre accord d’entreprise et accord de branche.

Pour en savoir plus sur les règles qui régissent les relations sociales dans l’entreprise, retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

accord d’entreprise

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Pas de commentaire